Discours 1er août


Allocution Président CM

Mesdames et Messieurs, Chers veyrites, citoyens en visite, amis, familles, chers enfants,

En tant que Président du Conseil municipal, j’ai l’honneur d’ouvrir les feux de la partie officielle du 1er août, sans contrainte de masque ou de jauge de personnes. Malheureusement d’autres contraintes viennent perturber notre fête nationale, avec cette sécheresse. Pas de feux de joie ni de feux d’artifice. Mais nous avons notre bonne humeur.

Tout d’abord, je souhaite vous donner le bonjour des Conseillères et Conseillers municipaux, dont une bonne partie sont présents ce soir. Je profite de cette occasion pour les remercier pour leur engagement, leurs idées, la qualité des débats, leurs disponibilités en faveur de la commune, qui n’est de loin pas toujours facile. Je salue également nos trois conseillers administratifs avec une pensée particulière pour Madame Aline Tagliabue, et les remercie pour leur dynamisme, leur transparence et leur cohérence. Un grand merci à l’administration communale et tous les services communaux, pour la mise en place et l’organisation de cette manifestation. Merci à toutes et tous.

Certains d’entre vous doivent se demander ce que fait le « Papy biker » sur la tribune. Alors je vous rassure, je ne suis pas là pour vous parler et vous vanter une marque de motos, ni vous parler de mes voyages, quoique je serai plus à l’aise pour disserter sur ce dossier. La tâche qui m’incombe ce soir, est ardue lorsque l’on doit s’exprimer devant tant de monde. En plus, les autorités m‘ont mis une pression supplémentaire, en invitant une journaliste et romancière de renom, en la personne de Mme Corinne Jaquet, qui a de plus été récompensée du « Mérite veyrite 2021 ». Alors je ne vous dis pas, depuis un mois je transpire quelque peu…

A l’occasion de cette 731ème fête nationale, c’est avec beaucoup de fierté que je m’exprime devant vous, dans l’espoir que nous soyons tous rassemblés et solidaires, autour des différents enjeux qui nous attendent ces prochaines années, tant sur le plan communal, que sur le plan international, avec cette guerre en Ukraine et la lutte pour le climat.

Je ne vais pas refaire l’histoire de la Suisse, depuis 1291 à ce jour, ni reprendre les faits marquants de celle-ci, il y a des historiens, des écrivains et bien d’autres, lors de 1er août passés, qui l’on fait bien mieux que ce que je pourrais le faire. Je vais donc m’en tenir à quelques mots clés pour moi, que sont le respect, l’honnêteté, le bon sens, la solidarité, la démocratie, la responsabilité, le consensus…

Nous avons une chance énorme de vivre dans un pays démocratique, où la démocratie directe s’exprime par le fait que la population peut s’exprimer, donner son avis lors de votes ou d’élections, peut déposer un référendum contre un sujet, contre un projet. On peut également proposer des initiatives. Tous ces éléments nous sont très enviés par bien des pays qui nous entourent et voir d’ailleurs.


Parfois l’on gagne, parfois l’on perd. Ce qui est important, c’est que chaque partie soit honnête, utilise les bons arguments, pour ou contre et soit respectueuse de l’autre partie. L’expérience fait que l’on a l’obligation de s’entendre pour faire aboutir des projets en faveur du bien commun.

Une phrase m’a interpellé, il y a quelque temps au détour d’une lecture :

« S’entendre, ce n’est pas avoir les mêmes idées, mais le même respect ».

Nous sommes réunis ce soir pour commémorer cet acte fondateur de notre pays et dont la phrase « UN POUR TOUS, TOUS POUR UN » est l’un des éléments principaux de notre Constitution. Aujourd’hui, j’ai le sentiment que c’est un peu « CHACUN POUR SOI ET DIEU POUR TOUS ». L’espoir d’un monde différent, d’une solidarité retrouvée n’aura duré que le temps d’une pandémie… et voilà déjà que les anciennes habitudes ressurgissent. On conteste tout, on critique tout. On veut refaire l’Histoire. Ne dit-on pas que le chemin vers l’enfer est pavé de bonnes intentions ? Quand on brûle des livres ou que l’on déboulonne des statues, l’on cherche à réécrire au mieux l’histoire, ou bien souvent au pire, à la détruire, à la faire disparaître. Ignorer d’où l’on vient c’est s’engager dans la voie du recommencement.

Les équilibres changent et c’est tant mieux. Cependant, cela doit se faire avec la participation de toutes et tous, pour, contre et entre les deux. C’est ça la vraie diversité et la pluralité d’opinion. Les pressions actuelles nous amènent à la censure, à l’auto-censure et à la cancel culture. (Culture de l’effacement ou de l’annulation).

Les YA KA et les FAUKONS sont de retours. Il n’y a qu’à, il suffit de …. Ce sont des termes qui s’emploient beaucoup de nos jours et qui peuvent être utilisés lorsqu’une solution à un problème ou une question est prétendument simple. Une maison, une école ? YAKA construire, FAUKONS fassent une pétition. Une route, une piste cyclable ? YAKA tracer, FAUKONS contournent les arbres. Un renseignement ? YAKA utiliser l’Internet, Facebook, Insta, Twitter, Tik Tok….

Tiens d’ailleurs à ce sujet, la commune à une adresse e-mail et un site Internet, lesquels ont été retravaillés, afin d’être plus conviviaux. Si vous avez des questions, des interrogations, des craintes, besoin de renseignements, utilisez-les au lieu de passer par les réseaux sociaux, ou tout et n’importe quoi sont souvent dit … ou alors adressez-vous aux élus, vous aurez la vraie vérité et la bonne info.

Mais voilà, lorsque l’on est dans un hémicycle communal, ce n’est jamais aussi simple. On n’est pas seul, il faut entendre toutes les parties, tous les avis et prendre en compte tout le monde. Et cela se fait actuellement, dans le respect, la tolérance et l’écoute, par chacune et chacun de vos représentants politiques. Nous entendons et répondons également aux concitoyennes et aux concitoyens de notre commune, lors de pétitions, de questions ou d’interpellations, lors des Conseils municipaux et nous le faisons avec bon sens. Et nous prenons nos responsabilités d’élus.

Nous nous devons de continuer à communiquer et à expliquer nos décisions à la population et à les étayer, en étant transparent et honnête, en souhaitant que celle-ci comprenne et sache, que malheureusement l’on ne peut pas satisfaire tout le monde. Certains se sentent floués ou alors frustrés, mais sur certains dossiers, l’on ne peut pas fonctionner au cas par cas. Il faut parfois regarder de manière plus générale, pour le bien commun et non pas seulement devant chez soi… Certains disent que les décisions sont parfois longues à voir le jour à être appliquées, mais il y a, malheureusement voire heureusement, des procédures que l’on ne peut éviter. La critique est facile. Elle pourrait être utile, si elle pouvait être accompagnée de propositions, de solutions et de participations.

Je suis souvent sur ma moto, à sillonner les routes, mais parfois je m’arrête et je lis. Dernièrement j’ai lu un livre de Bertrand Piccard, « REALISTE » qui traitait du climat. Comme quoi on peut être biker, mais aussi s’intéresser au climat. Et j’ai relevé cette phrase :

« Certains essaient et veulent arriver à tout, avec le risque de n’arriver à rien.

D’autres essaient peut-être de n’atteindre que la moitié, mais pensent y parvenir ».

Mon vœu ce soir n’est pas de faire la morale, et là je reprends un passage d’un discours, d’un précédent Président du conseil municipal :

« Célébrons ce jour en ayant la volonté de transmettre autour de nous, et plus spécialement aux jeunes, le désir de monter ensemble dans le train de l'avenir, de s’engager, de participer à la vie politique communale, quelles que soient nos tendances politiques, à la vie associative ou sportive, sans égoïsme, quelle que soit la position sociale, toute génération confondue, en ayant toujours à l'esprit l'intérêt général, afin de préserver notre qualité de vie exceptionnelle, en particulier celle que nous avons le privilège de connaître à Veyrier. Que notre Société reste ouverte, généreuse et harmonieuse. »

Vive Veyrier


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bonjour à toutes et tous, J’espère que vous avez pu profiter de cet été quelque peu caniculaire, et d’avoir ou passer des moments en famille.Je vous souhaite bonne lecture de ce qui suit. La séance d’

Bonjour à toutes et à tous, le CM d’hier n’avait pas de dossiers particuliers, mais c’était surtout mon premier en tant que Président et également une première pour notre nouveau Maire, M. Christian R

Bonjour à toutes et à tous, Hier soir avait lieu le dernier Conseil municipal de cette première année de la législature 2020-2025. Celle-ci a été très particulière car soumise aux contraintes dues à l